Bassin d'Arcachon

Arcachon, la Ville d’Hiver

 

Arcachon a la particularité d’être divisée en 4 quartiers, appelés des Villes qui suivent le rythme des saisons.
Ainsi, on y trouve:

 

– la Ville de Printemps qui correspond aux quartiers de Pereire et des Abatilles. On y trouve la célèbre source naturelle des Abatilles qui alimente toute la ville depuis 1925 !!! Cette immense parcelle forestière est devenue une zone résidentielle dans les années 1970.

 

– la Ville d’Eté qui a vu le jour au tout début du 19ème siècle avec l’essor des bains de mer et l’ouverture du premier et grand établissement qui leur était dédié. Elle comprend le front de mer avec ses jetées mais également le centre ville avec son marché et ses rues commerçantes.

 

– la Ville d’Automne s’articule, elle,  autour du port et du quartier de l’Aiguillon. On y trouve On y trouve le fameux port de pêche classé 14ème port de pêche français par son volume, mais 2ème par la valeur de sa pêche, ainsi que le port de plaisance. Elle est donc rythmée par les couleurs de la pêche et du nautisme…

 

– la Ville d’Hiver se situe sur les hauteurs de la ville, autour du Parc Mauresque. Elle a été un haut lieu de villégiature avec ses 300 somptueuses villas du 19ème siècle qui rivalisent de fantaisie et d’extravagance. Extravagance n’est pas un vain mot pour qualifier leur architecture qui s’inspire du néo-gothique, du néoclassique et même du style mauresque ou encore colonial… une véritable débauche de frises de lambrequin, de balcons, de bow-windows, de dentelle, de vérandas, de tourelles… pour le plus grand plaisir des visiteurs !!!
C’est cette ville d’hiver et ses incroyables villas aux noms évocateurs dont je vais vous raconter la visite dans cet article qui j’espère vous donnera l’envie de me suivre…

 

 

Un peu d’histoire 

 

En 1862, à une époque où les bains de mer deviennent à la mode, deux banquiers natifs d’Arcachon, les frères Péreire, propriétaires de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi, achètent les 400 hectares de la dune d’Arcachon. Ils prolongent la ligne de train Bordeaux-La Teste jusqu’à Arcachon en 1857 et y font construire une gare qui sera inaugurée en 1864.

Pour rentabiliser cette ligne et la gare et alors que la tuberculose sévissait, ces deux frères commandent la construction de somptueuses villas afin d’accueillir une riche clientèle française et européenne de malades fortunés venant se ressourcer dans ce « sanatorium » et d’un casino pour animer le lieu. La Ville d’Hiver venait de naître.

Elle se compose à l’époque de 96 chalets suisses puis se développe pour devenir un ensemble de 300 demeures toutes aussi insolites que somptueuses !!! D’inspiration suisse, anglaise ou basque, néogothiques, hispano-mauresques ou néocoloniales, les villas de la Ville d’Hiver elles sont un véritable enchantement. Afin de protéger les malades des courants d’air et atténuer les effets du vent marin, les rues du quartier sont dessinées en ruelles étroites et sinueuses…

Classée à l’inventaire des monuments historiques depuis 1985 ainsi qu’à l’inventaire des sites pittoresques, la Ville d’Hiver connait une renommée quasi immédiate… 

 

La visite

 

Arcachon-Boucle-de-la-Ville-dhiver.pdf

 

Elle peut se faire de différents moyens:

 

– en petit train touristique

1 départ par jour d’avril à octobre et 5 fois par jour en juillet et août au tarif de 6,50€. Le billet s’achète directement auprès du chauffeur.
Même s’il est inévitablement très touristique, c’est une façon très intéressante de visiter le quartier d’après les locaux et c’est le meilleur moyen avec de très jeunes enfants ou des personnes à mobilité réduite.

 

– en visite guidée.

D’avril à octobre, les mercredis et vendredis à 10h30 pour une durée de 1h30. 6€/personne, gratuit pour les moins de 12 ans.

L’association Arc-en-ciel propose cette visite accompagnée de personnages en costumes traditionnels du 1er juillet au 9 septembre, les dimanches et lundis à 10h00 pour une durée de 2h au mêmes tarifs.

Pour ces 2 types de visites, l’inscription auprès de l’office de tourisme (05 57 52 97 97) est obligatoire. Un nombre minimal de participants est requis sinon la visite sera annulée. Je m’y suis inscrite 2 fois et elle a été annulée chaque fois, c’est pourquoi je m’étais tournée vers la 3ème et dernière solution…

Visites-guidées-Arcachon-2019.pdf

 

– en visite audio-guidée

Du lundi au samedi toute l’année et le dimanche d’avril à septembre. Il faut passer à l’office du tourisme et louer une sorte de walkman pour la somme de 7€ et une pièce d’identité en caution. On nous remet un plan qui correspond à des explications données par l’audioguide en différentes langues et on part en visite en toute autonomie.
Le souci, c’est qu’entre le 1er avril et le 30 septembre, il n’est pas évident de se garer aux alentours de l’office de tourisme qui se trouve au 21 Avenue du Général de Gaulle. En plus, le stationnement est payant (cher!) et les contrôles fréquents ! Y trouver une première fois de la place pour aller prendre l’audioguide n’est pas facile mais une 2ème fois pour aller le rendre 2h après relève de l’exploit !!!
Ayant eu comme tout le monde beaucoup de difficultés pour me garer la première fois pour aller à l’office du tourisme,  je n’ai pas voulu retenter le diable et je me suis décidée pour une visite en totale autonomie avec juste le plan ci-dessous que l’on m’a donné. Le fait qu’on m’apprenne que quasiment chaque villa est décrite par un panneau sur place a achevé de me convaincre, j’avoue…

 

 

Et c’est parti…

 

Je vais donc faire la visite seule avec mon plan en main en suivant le trajet qui est conseillé mais en faisant quelques incartades pour aller admirer certaines villas qui ne sont pas dans la liste et j’ai rajoutées à la main sur le plan. Durant cette visite, je vais rencontrer des locaux qui me raconteront avec plaisir l’histoire de leur maison ou m’inviteront à la visiter, d’autres amateurs de belles demeures avec qui je partagerai des informations. L’historique des villas les plus connues est affiché sur des panneaux placés devant bien en évidence…

 

1) Parc Mauresque, 19 allée Stora

 

Comme on me l’a conseillé, je me gare autour du PARC MAURESQUE, allée du Moulin Rouge plus exactement. Pas d’horodateur, plusieurs places disponibles, ça commence bien…

Le Parc Mauresque est un superbe parc fleuri qui domine toute la ville. Il est gratuit et ouvert tous les jours de 7h00 à 22h00. Il a été créé sous le Second Empire par la Compagnie des chemins de fer du Midi et cédé en 1879 à la commune d’Arcachon.
Ses 4 hectares ont été dessinés dans l’esprit des jardins anglais. Des plantes de toutes espèces y ont été plantées : palmiers, ginkgos, liquidambars, pins maritimes. Une roseraie est également créée en 1987. On y trouve également un petit kiosque, un jardin d’enfants, un boulodrome, un théâtre de plein air où se déroulent des animations et des toilettes publiques… un petit détail bien pratique !!!

 

2) Ascenseur du Parc Mauresque, Place du 8 mai

 

Je me dirige vers l’ascenseur qui a remplacé en 1948 le funiculaire (construit en 1913) qui permettait de passer de la Ville d’Hiver à celle d’Eté et au bord de mer. Son entrée est décorée par le bas-relief en céramique de Claude Bouscau, « Faune poursuivant des nymphes ». Réalisé en 1952 et plutôt kitch à mon goût, il représente un thème antique très à la mode à l’époque Art déco.

 

 

3) Casino Mauresque

 

Ce funiculaire avait également été construit pour faciliter l’accès au somptueux CASINO MAURESQUE dont on peut admirer une somptueuse maquette devant l’entrée de l’ascenseur dans le parc. Inauguré en 1863, inspiré à la fois de l’Alhambra de Grenade et de la mosquée de Cordoue, véritable joyau de la Belle Epoque, c’est, sans surprise, le monument de la ville qui a le plus contribué à la renommée d’Arcachon !!!
Le 18 janvier 1977, un mystérieux incendie détruit le casino… et même si on ne sera jamais ce qui s’est passé, il se dit que « c’est peut-être le propriétaire lui-même qui aurait déclenché l’incendie, ne supportant pas le déclin de son établissement »…

 

 

4) VILLA TERESA, , 4 allée André-Rebsomen

 

Elle a été construite vers 1882 sur un des plus grands lots à bâtir de la Ville d’Hiver. Son premier propriétaire connu était un artiste peintre irlandais du nom de Lewis. Dix ans plus tard, c’est l’entrepreneur Blavy qui en devient le propriétaire et servit quelque temps de vitrine des constructeurs locaux. Malheureusement à la mort de Mr Blavy, en 1928, cette villa finit abandonnée, squattée et ouverte aux quatre vents.
Sauvée par la mobilisation des habitants et magistralement restaurée, elle devient l’hôtel Semiramis avant d’être transformée en résidence d’appartements très haut de gamme.
La particularité de cette grande bâtisse de style hispano-mauresque est l’alliance de la pierre calcaire et de la brique en terre cuite qui lui donne des couleurs qui se marient très bien ensemble.

 

 

5a) VILLA LAENNEC, 27 avenue Victor-Hugo

 

Cette villa mentionnée dans l’Avenir d’Arcachon du 1er Octobre 1899 comme une nouvelle villa construite par l’architecte Marcel Ormières répond à la conception des « villas hygiéniques » destinées au séjour des personnes souffrant de maladies pulmonaires.

 

 

5b) VILLA GIROFLE, 13 allée du Moulin-Rouge

 

Face au Parc Mauresque, cette villa a été construite en style gothique en 1883 et c’est une des premières à avoir été équipée d’une salle de bains en 1898, ce qui constituait la pointe du progrès.

 

 

6) VILLA TOLEDO, 7 Allée du Moulin-Rouge

 

Une des plus belles, « La Dame aux Dentelles » comme on la surnomme. Cette villa de style hispanique qui fait face au Parc Mauresque, a un petit air exotique avec ses lambrequins de bois découpé.

 

 

7) PASSERELLE ST PAUL, Place Saint Paul

 

A la demande des frères Pereire, la passerelle est construite en 1862 par Paul Régnauld, un des collaborateurs de Gustave Eiffel, afin de divertir les accompagnants des patients atteint de tuberculose. Cette construction métallique d’une longueur de 32 mètres permet d’enjamber l’allée Emile Péreire 15 mètres plus bas et relie deux collines de la Ville d’Hiver, les dunes de Sainte Cécile et de Saint Paul.

 

 

8) L’OBSERVATOIRE SAINTE CECILE, Passage de l’observatoire

 

L’observatoire Sainte-Cécile est un belvédère qui s’élève à 25 mètres de haut. Tout comme la passerelle, il a été construit en 1863 par Paul Régnauld avec la collaboration de Gustave Eiffel.
Il est recommandé de monter au sommet car le panorama à 360° depuis le sommet sur le bassin, la ville et la forét est magnifique.
Le belvédère étant limité à 8 personnes, avant de commencer la montée, il faut interpeller les visiteurs déjà au sommet pour connaitre leur nombre. S’ils sont déjà 8, il vous faudra attendre que l’un d’eux descende, sinon vous pourrez entreprendre l’ascension de cet escalier de 74 marches en colimaçon qui est bien plus solide qu’il ne parait… A moins d’avoir le vertige, ne vous laissez pas impressionner par le tangage inévitable au fur et à mesure de la montée car une fois en haut, vous vous retrouverez sur un cercle en bois qui vous permettra d’admirer toute la ville d’Arcachon, de la Ville d’Hiver, à la ville d’automne en passant la plage d’Arcachon.
L’accès y est libre et gratuit.

 

 

9a) VILLA BOUGAINVILLE, 4 allée Alexandre Dumas

 

9b) VILLA LES FOUGERES, 5 allée Pasteur

 

 

10) VILLA ALEXANDRE DUMAS, 7 allée Pasteur

 

Cette villa qui s’est d’abord appelée « La Villa Osiris » a été construite en 1895. Elle a été rebaptisée, « Alexandre Dumas » vers 1907. C’est une des plus belles de la Ville d’Hiver mais contrairement à ce que laisse entendre son second nom, elle n’a jamais appartenu au célèbre écrivain.
Très originale, la villa réunit des éléments de style hispanique et un belvédère similaire à celui des villas italiennes.
Cette résidence luxueuse est aujourd’hui encore l’une des mieux conservées de la Ville d’Hiver.

 

 

Je m’écarte un peu du trajet conseillé par le plan pour aller admirer ces 3 somptueuses villas suivantes:

 

11a) VILLA MARGUERITE, 7 allée Faust

 

Elle a accueilli à plusieurs reprises le compositeur Claude Debussy (1862-1918) pendant les trois séjours que le  musicien effectuera au bord du Bassin d’Arcachon.
Elle est difficilement visible car très cachée dans la végétation luxuriante de son jardin, on ne peut voir que partiellement ses superbes dentelles bleues.
Magnifiquement rénovée, elle est divisée en plusieurs appartements que l’on peut louer

 

 

11b) VILLA FAUST, 3 allée Faust

 

Une des plus connues et des plus imposantes de la Ville d’Hiver, on la découvre sans peine à proximité de la passerelle Saint-Paul tout près du Parc Mauresque.

 

11c) VILLA BELLEGARDE, 2 bis allée Faust

 

C’est dans cette villa même que ce sont rencontrés en 1879, Alphonse XIII d’Espagne, alors souverain et sa future épouse, l’archiduchesse Marie-Christine d’Autriche. La villa, qui a connu quelques modifications et aujourd’hui encore bien conservée et accueille plusieurs appartements.

 

 

12) VILLA CRAIGCOSTAN, Allée Faust (angle Brémontier)

 

Cette villa massive de style néo-palladien a été construite par un architecte anglais.
Elle était le lycée d’Arcachon du début de la seconde guerre mondiale à 1949, date de l’ouverture du lycée climatique qui pouvait accueillir plus d’élèves.
C’est une de celles que j’ai le moins aimé… d’ailleurs je n’en ai pris aucune photo !!!

 

14) VILLA BREMONTIER, 1 allée Brémontier

 

Construite en 1863, c’est l’une des premières villas de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi.

 

 

15) PLACE BREMONTIER

 

Auteur d’un célèbre mémoire sur les dunes qu’il envoya à l’administration du département de la Gironde, Nicolas Brémontier affirmait pouvoir fixer les dunes en les boisant. Il a convaincu les pouvoirs publics de cette nécessité et obtint la signature d’un arrêté le 2 juillet 1901.
Oeuvre du sculpteur Alexandre Léon, le buste de Nicolas Brémontier trône sur la place portant son nom.
Cette place fut le lieu de rendez vous de la haute bourgeoisie du vin qui venait à Arcachon pour pratiquer la chasse à courre. Un règlement municipal daté de 1879, et semble-t-il toujours en vigueur (!), stipulait qu’il était défendu de sonner du cor avant 6h00 et après 20h00 !!!

 

 

16) VILLA TROCADERO, Sur la place Brémontier, au n° 6 de l’allée Festal

 

Elle a été construite en 1863 par Paul Régnault (celui de la passerelle et de l’observatoire) et s’est d’abord appelée villa « Graciosa ». Ce n’est qu’en 199 qu’elle a été habillée de cette magnifique dentelle de bois festonnée pour devenir ce superbe joyau d’architecture.
C’était le lieu de rencontre de la Colonie Russe d’Arcachon où des fêtes somptueuses avaient lieu régulièrement.
Sans conteste, une des plus belles villas de la ville d’hiver…

 

 

17a) VILLA MONTESQUIEU, 23 allée Pasteur

 

Je m’écarte de nouveau un peu du trajet mais cette villa est tellement belle avec ses immenses vérandas qu’elle mérite bien un détour…

 

 

17b) VILLA MONACO, 4 allée Docteur-Alfred-Festal , allée Pereyra

 

Quand on a entendu parler de l’histoire de la villa Bellegarde (11b), on ne peut que chercher à voir la ville Monaco où Alphonse XII, roi d’Espagne résidait lors de sa rencontre avec Marie-Christine d’Autriche et où l’histoire des descendants actuels de la Cour d’Espagne a commencé !!!
Alphonse XII, allait donc retrouver à pied sa fiancée Marie-Christine à la Villa Bellegarde en traversant la place Brémontier et son buste.

 

 

17ç) VILLA JEAN BAPTISTE, 2 allée Fénelon

 

Sur le trajet mais non signalée pourtant je la trouve plutôt mignonne avec ses couleurs bleu océan et sa superbe véranda.

 

 

17d) VILLA GEORGE SAND (Bethanie), 2 promenade des Anglais

 

Non signalée également mais on ne peut qu’admirer sa fantastique véranda. Elle prend le nom de Béthanie après 1929. La reine de Serbie y aurait séjourné.

 

 

18) PLACE FLEMMING

 

Les Arcachonnais continuent de la nommer « Place des Palmiers » bien que la dénomination officielle ait 50 ans !!!
On y trouve un beau kiosque à musique qui provient du jardin du Grand-Hôtel d’Arcachon et a été donné à la ville pour être installé sur la place en 1893.
La place, autrefois réservée aux jardiniers, accueillait les serres destinées à alimenter en fleurs les allées du parc Mauresque.

On y trouve également l’église anglicane Saint-Thomas qui a été construite à l’initiative du Pasteur Radcliff représentant la forte « colonie » britannique. Elle a été inaugurée en 1878 par l’archevêque de Londres. Elle est devenue un temple protestant dans les années 70.
Je l’aurais volontiers visitée mais elle était fermé lors de mon passage…

 

19a) VILLA LES ORCHIDEES, 1 promenade des Anglais

 

Sur le trajet mais non signalée, j’ai beaucoup aimé cette délicate teinte bleu pastel qu’elle arbore au milieu d’un beau jardin…

 

 

 

19b) VILLA SCALIGER, 1 allée Bouillaud

 

Un peu plus loin sur la gauche, non signalée elle aussi…

 

 

 

19c) VILLA NAVARRA, 7 allée Docteur Fernand Lalesque

 

Non signalée… Elle s’appelait « Diane » avant de devenirune copropriété sous le nom de « Navarra ». Louise, une des filles du poète José Maria de Hérédia y séjourna en 1913 avec son mari Pierre Louÿs…

 

 

20) VILLA CARMEN, 14 allée du Docteur Lalesque

 

C’était une pension de famille de premier ordre dans les années 1880. Aujourd’hui la demeure a été réaménagée en copropriété et on peut louer un de ses appartements notamment sur AirBnB.
Elle a été baptisée d’après la célèbre création musicale de Georges Bizet.
De nombreuses personnalités y ont séjourné, toutes plus ou moins importantes: La reine mère d’Espagne, Alphonse XII et Marie-Christine, Paul Doumer alors député de Gironde… mais la Villa Carmen n’est pas uniquement connue pour les personnalités qui y ont séjourné. Elle est également à voir pour son architecture typique et vraiment jolie.

 

 

En chemin vers la prochaine villa recommandée, il y a au moins 5 villas qui méritent qu’on y jette un œil…

 

21a) VILLA CALYPSO, 2 allée Jean-Hameau, allée Girardeau

 

Presque en face de la villa Carmen…

 

 

21b) VILLA BLANCHE, 11 allée Docteur-Fernand-Lalesque, 4 allée Girardeau

 

La villa Blanche était sous la protection de Blanche de Castille, femme de Louis VIII, roi de France, et mère de Saint-Louis d’où son patronyme.

 

 

21c) HOTEL CONTINENTAL ET DES PINS, 20 allée du Docteur Fernand Lalesque

 

En face, non signalé et pourtant c’est un bâtiment immense et magnifique, sone style architectural Haussmannien typique de la période Napoléon III qui a été inauguré en 1889. Il était tellement grand qu’il comportait 3 annexes : Trianon, Marly et Printemps. La fille et la veuve de José Maria de Heredia y ont séjourné en 1913.
L’Hôtel est devenu une maison de Retraite, l’OASIS, réservée aux employé(e)s retraité(e)s de la Banque de France.

 

 

21d) VILLA LUTECE, 15 allée Docteur-Fernand-Lalesque

 

 

22) VILLA VINCENETTE, 16 allée Corrigan

 

C’est ma préférée et je ne pense pas être la seule à avoir craqué pour cette incroyable demoiselle bleue.
Elle a été édifiée par Madame de Aldecoa en 1895. Au départ elle ne portait pas le nom de Vincenette mais celui de Lona.
Cette villa possède de nombreuses structures architecturales qui en font sa particularité : un belvédère, des balcons ouvragés, un bow-window avec des vitraux d’inspiration japonaise…
Depuis 2006, cette villa est devenue le siège du SIBA (Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon) qui gère l’eau en général sur les 10 communes riveraines du Bassin d’Arcachon. Je me suis donc permise d’y entrer et de demander à visiter l’intérieur de cet extraordinaire bow-window ce qu’on m’a autorisé. On m’a même remis le dossier suivant qui fournit toutes les explications sur cette merveille…

Historique-et-architecture-sur-la-Villa-Vincenette-Siège-du-SIBA.pdf

 

 

Il y a 3 autres belles demeures à voir sur le chemin du retour vers le Parc Mauresque:

 

23a) VILLA BIANCA, 13 allée Corrigan

 

En face de la villa Vincenette. Pas facile de rivaliser avec la splendeur de sa voisine pourtant elle est bien mignonne avec ses teintes vert pastel…
Elle est voisine à la fois du Grand Hôtel Régina et de l’Hôtel Continental.

 

 

23b) VILLA LA VALKYRIE, 12 allée Corrigan, allée Sémiramis

 

Elle a été vendue l’an dernier pour la modique somme de presque 4 millions d’euros !!!

 

 

23c) VILLA REGINA, 11 Allée Corrigan

 

Il s’agissait au départ d’un petit établissement nommé le Grand Hôtel de la Forêt et ne comportant que la partie centrale.
Deux ans plus tard, avec la venue de nombreux Anglais, il devient le Grand Hôtel de la Forêt et d’Angleterre et se voit paré d’une nouvelle aile. Bientôt, une troisième aile, équipée d’un ascenseur hydraulique, vient lui donner l’apparence qu’il a aujourd’hui. Il prend alors le nom de Régina Palace Hôtel.
Le Régina Palace Hôtel ferme ses portes en 1943. Il est transformé en résidence de luxe pour personnes âgées, avant d’être reconverti en thermes, puis à nouveau laissé à l’abandon. En 2000, Vacances Bleues en fait l’acquisition et le transforme en résidence touristique.
Aujourd’hui, l’esprit de la Belle Epoque est encore perceptible dans ce somptueux bâtiment et le croyez-vous, y séjourner est un luxe très très abordable surtout en dehors de la saison touristique: moins de 50€/jour pour un studio de 2 personnes avec le wifi, une télévision à écran plat, une kitchenette équipée de plaques de cuisson un lave-vaisselle !!!
Ne cherchez donc pas ailleurs si vous désirez résider sur Arcachon et en profiter pour visiter la ville d’hiver…

 

 

Après avoir repris ma voiture, en repartant vers la gare, Avenue Victor Hugo, je ne peux m’empécher de m’arrêter devant une autre villa magnifique:

 

24) VILLA BEATRIX, 38 avenue Victor-Hugo

 

Sa couleur orangée et son imposant bow-window attirent inévitablement le regard… encore une villa magnifique et qui plus est, est proposée à la location à partir de 5500€/mois mais on peut y loger 18 personnes !!! Même si vous ne voulez pas la louer, le site vous propose de visiter son intérieur

 

 

J’en profite pour jeter un oeil à la villa d’en face, moins imposante mais jolie aussi:

 

25) VILLA LES PENSEES, 36 avenue Victor Hugo

 

 

Ma visite de la ville d’hiver se termine par un arrêt un peu plus loin à l’hotel de la ville d’hiver où je vais retrouver une amie pour déjeuner…

 

26) HOTEL VILLE D’HIVER, 20 Avenue Victor Hugo

 

C’est l’ancienne usine d’eau potable de la Compagnie Générale des Eaux, construite en 1884 (sous le règne de Napoléon III) qui a fonctionné jusqu’en 1984 puis a été transformée en hôtel-restaurant de grand standing en 2009 !!!

Il n’y a pas de meilleur moyen pour conclure cette balade dans une autre époque que de rentrer dans un de ces endroits d’exception et de s’y installer pour déguster une cuisine raffinée dans un cadre luxueux à un prix tout à fait correct pour ce lieu puisque la Formule midi complète est à 25€ avec le café !!! Et s’il fait beau, on peut manger sur la magnifique terrasse !!! Croyez moi, vous allez adorer…

 

 

En conclusion, je me suis régalée avec cette visite de villas extraordinaires toutes plus belles les unes que les autres!
Je n’y ai croisé que très peu de voitures, ce qui est très agréable quand on se balade à pied et le nez en l’air pour ne rien perdre du paysage !!!
Il est certain que j’aurais appris beaucoup plus d’anecdotes avec un guide mais prendre son temps a du bon aussi… en fait, l’idéal serait de faire une visite guidée puis de revenir flâner tout seul dans le quartier…
Bref, en train, guidée ou audio-guidée, cette visite est une grande plongée dans un passé flamboyant et un très très bon moment !!!

Partagez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.