Bassin d'ArcachonLandes

De Bisca à la Dune du Pilat

 

De Bisca à la Dune du Pilat en vélo par la plage

 

Depuis quelques mois, un ami me racontait qu’il allait régulièrement prendre un café à Arcachon en passant par la plage avec son vélo Fatbike à assistance électrique et l’expérience me tentait de plus en plus…
Alors, dès la saison touristique terminée et toutes les conditions remplies au niveau de la marée et du temps, on s’est lancés…

 

Contrairement à ce qu’on peut penser, ces vélos ne roulent quasiment pas sur du sable sec et mou. Pour avoir un maximum de marge de manœuvre, il faut rouler le plus possible sur du sable dur et mouillé, la fin de la marée descendante est donc le meilleur moment !!!
La marée étant basse aux alentours de midi, on a pris les vélos aux alentours de 11h00, ce qui nous laissait 3 bonnes heures pour rouler sur la plage…
On les a loués « AU VELO POUR TOUS » à Biscarrosse-Plage après les avoir réservés quelques jours auparavant. Après de bonnes explications sur le fonctionnement de l’assistance électrique et comment la coupler avec les vitesses, on s’est dirigé vers la plage du Vivier pour rejoindre la plage…
J’avoue que même si je me déplace beaucoup à vélo, je suis loin d’être une spécialiste en mécanique et que la manipulation du matériel et la taille des ces fatbikes m’ont semblé un peu compliqués à gérer au départ mais je m’y suis fait très vite.

 

Première chute à l’arrêt dans la descente vers la plage parce que la roue avant a bloqué dans le sable mou et que le vélo pèse un « âne mort » (32 kgs), pas facile à retenir dès qu’on est déséquilibré !!! On comprend qu’il nous faudra pousser-tire-porter l’engin sur le sable sec donc rouler au maximum sur le sable dur…
Dès que le sable est suffisamment dur et qu’on peut rouler, c’est le grand bonheur d’autant plus qu’on a bien choisi notre jour, qu’il fait chaud en cette journée de septembre et que c’est tempête de ciel bleu !!!

 

 

 

 

 

La plage est déserte, juste nous, les mouettes et quelques restes de cabanes…

 

 

 

 

On arrive au Wharf de la Salie Sud, ses poteaux bleus se distinguent à peine sur le fond du ciel de la même couleur !!!

 

 

 

A partir de la plage de la Lagune, plus on se rapproche du bassin, plus on croise des gens qui bronzent, qui pêchent, qui promènent leur chien. Il vaut mieux être prudent car la réglementation au sujet de la circulation des vélos électriques sur les plages est encore très floue. A savoir que si votre vélo respecte les 3 règles suivantes:
1) puissance nominale du moteur électrique ne dépassant pas 250 Watts
2) assistance dégagée par le moteur s’arrêtant au-delà de 25 Km/h
3) assistance ne se déclenchant que si le pilote pédale et se coupant lorsque le pédalage s’arrête, le vélo est considéré comme un simple cycle et que votre assurance responsabilité civile suffit en cas d’accident avec un tiers.
Mais attention, tout manquement à une de ces trois règles ferait sortir le cycle de la catégorie des vélos à assistance électrique et donc des vélos et nécessite une assurance spéciale !

 

Il y a bien quelques personnes que notre passage dérange d’autant plus qu’ils sont nombreux à avoir oublié leur maillot de bain (!!!) et quelques chiens qui essaient de nous courser mais dans l’ensemble, on suscite plutôt des réactions sympathiques et on nous arrête pour avoir des renseignements sur les performances de nos machines…

 

C’est après les blockhaus, magnifiquement tagués, au pied du début de la dune du Pilat, que ça se corse. L’amplitude des marées étant plus faible sur le bassin, la portion de sable mouillé est beaucoup plus réduite et il y a de nombreux pêcheurs avec leurs lignes qu’ils faut contourner dans le sable sec… donc à pied, en tirant-poussant-portant les vélos… tout de suite beaucoup moins drôle !!! En essayant de prendre de l’élan pour passer la portion de sable sec, la roue avant se plante dans le sable et le vélo se renverse sur le côté sans que je puisse retenir ses 32 kgs !!!

 

 

 

Mais comme dit Bigard dans son sketch, on ne va pas rebrousser chemin à 2 m du bol de sangria, de la dune et de LA CO(O)RNICHE dans notre cas !!!

 

 

C’est étonnant comment la dune parait beaucoup moins haute vue de la plage, sûrement parce que sa pente est moins raide de ce côté…
Arrivés au bout de la plage, on est bloqués par des rochers pour accéder à la jetée où il y a quelques années se trouvait le BLOCKHAUS, un bar au pied de l’escalier qui mène à la Co(o)rniche! Il faudrait porter les vélos pour les franchir et ensuite les attacher quelque part et remonter l’escalier pour aller à la Co(o)rniche parce que la jetée n’est pas praticable malheureusement pour aller plus loin !!! Pas très pratique !!!

 

On a donc opté pour revenir sur nos pas, sortir de la plage au niveau du Petit Nice (un des endroits les moins escarpés où il y a le moins de sable sec) et manger dans l’un des 2 restaurants sur place: RESTAURANT LE PETIT NICE ou CHEZ ALDO qui proposent le même type de restauration dans un cadre similaire…

 

 

J’avoue qu’on n’a pas le courage de re-porter les vélos jusqu’au sable mouillé qui se réduit de plus en plus avec la marée qui commence à remonter et on rentre sur Biscarrosse Plage par la piste cyclable, une partie de la fameuse VELODYSSEE, qui serpente dans la forêt de chaque côté de la route d’Arcachon…
On y croise des cabanes, des serpents, une multitude d’oiseaux dans une pinède qui offre régulièrement un magnifique point de vue sur l’océan…

 

 

En conclusion:

 

Je recommande à tout le monde de faire cette balade parce que c’est vraiment génial mais il faut bien choisir son jour (en semaine, beau temps) et les horaires de marées. Emporter une bouteille d’eau parce que, mine de rien, on pédale même beaucoup et très vite ramasser et garder dans le panier, un caillou ou un morceau de bois à positionner sous la béquille du vélo pour pouvoir s’arrêter quand on veut… Le casque n’est pas obligatoire pour les plus de 12 ans mais si vous n’êtes pas un cascadeur (mon cas!), il peut être judicieux de s’en équiper car une chute à 25 km/h peut faire très mal !!!

 

Il vaut mieux prendre un fatbike pour rouler sur la plage mais on peut se contenter d’un cruiser ou VTT pour rester sur la piste cyclable et le louer pour la journée si on veut prendre son temps (pique-niquer, aller au restaurant: on passe également très près de LA LAGUNE CAFE sur la piste, bronzer, pêcher…).
J’avoue que j’ai été conquise par l’assistance électrique avec laquelle les reliefs passent quasiment inaperçus, un peu moins par les fatbikes qui sont énormes et très lourds à manipuler sur des surfaces meubles comme le sable mou et sec sur lesquelles ils ne roulent pas.

Partagez...

3 réflexions au sujet de « De Bisca à la Dune du Pilat »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.