Généralités

Préparation du voyage

 

L’Australie était depuis toujours sur ma « bucket list » mais ce pays est tellement grand que je ne pouvais envisager d’y faire un petit voyage… Je voulais y passer plusieurs mois pour découvrir le plus de cette île-continent et je préférais attendre d’avoir cette liberté pour y aller…
Étonnamment, je me suis toujours imaginé l’Australie comme un mélange de la Polynésie et de l’Afrique du Sud, 2 endroits que j’adore !!!

Dès que j’ai pu me libérer pour partir 5 mois, la question de la destination ne s’est pas posée longtemps, ce serait l’Australie !!! Pour optimiser ce voyage au maximum, j’ai commencé à le préparer 6 mois à l’avance…

 

1) L’anglais

 

Réviser la langue de Shakespeare et son habilité à la pratiquer couramment est indispensable avant de se rendre dans un pays où les occasions de parler français seront plutôt assez rares…
J’ai choisi de regarder tous les films en VO non sous-titrée parce que c’était surtout d’entendre de l’anglais qui m’avait manqué mais on peut aussi faire un rafraîchissement ou une réelle amélioration avec une méthode de langues…

Et pourquoi ne pas faire d' »une pierre 2 coups » en regardant en VO des films qui se passent en Australie?
Voici une petite liste non exhaustive de ceux que j’ai vu:

Australia (2008),  Crocodile Dundee (1987),  Un cri dans la nuit (1988), Priscilla folle du désert (1995),  Tracks (2016),  Ned Kelly (2003),  Le Chemin de la liberté (2002),  Haute Couture (2015),  Une vie entre deux océans (2016),  Drift (2013),  The Proposition (2009),  Muriel (1994),  Les Saphirs (2012) 

et ceux qui sont recommandés mais que que je n’ai pas vu:

 The Tracker (2002),  10 Canoës, 150 Lances et 3 Épouses (2006),  L’Arbre (2010),  Wolf Creek (2006),  Last Cab To Darwin (2015),  Red Dog (2011)… 

 

2) Le Visa

 

Un visa est nécessaire pour entrer en Australie.
Comme pour tous les autres pays, il faut se méfier des arnaques et s’assurer que l’on est bien sur le site officiel pour ne pas payer beaucoup plus cher que l’on ne devrait…
L’ambassade d’Australie à Paris ne dispose pas de service pour les visas. La demande se fait donc en ligne et en anglais !!!
Le portail du site officiel vous proposera, dans un premier temps de trouver le visa qui correspond le plus à vos attentes.
Dans le cas d’un visa de tourisme, on a ensuite accès à un QCM qui détermine les possibilités offertes.

 

Le eVisitor (Subclass 651) est le plus facile à obtenir et il est complètement gratuit. On peut se rendre à plusieurs  reprises en Australie, par période de 3 mois maximum, pendant les 12 mois de validité du visa. Si on souhaite rester  pendant une longue période en Australie pour y faire du tourisme, le visa eVisitor n’est pas le visa à choisir, il vaut mieux demander un autre visa: le Visitor visa, valable pendant 3, 6 ou 12 mois, au choix !
Il est nécessaire de faire sa demande en dehors de l’Australie.
C’est celui que nous aurions demandé si le Visitor Visa nous avait été refusé et nous aurions alors, quitté l’Australie à  la fin de ces 3 mois pour aller passer les 2 mois suivants dans un autre pays proche…

 

Le Tourist Stream (Visitor visa subclass 600) était celui qui nous convenait le plus.
C’est le plus approprié pour un voyage de 5 mois mais il n’est pas gratuit: 140 AUD (environ 88€) que l’on peut payer en carte de crédit ou Paypal avec une surcharge qui diffère: 1% pour Paypal, 1,32% pour MasterCard et Visa, 1,40% pour American Express et JCB, 1,99% pour Diners Club. Le paiement doit être fait en même temps que la demande et il n’est pas remboursé en cas de refus !!!
C’est aussi le plus approprié quand on désire faire un stage ou du bénévolat sur place. Il y a beaucoup de possibilités tant au niveau écologique qu’animalier, je vous donnerai les contacts que j’ai trouvés intéressants dans les articles…

Attention: Si vous faites votre demande depuis l’Australie, le tarif est de 355 AUD (environ 220 €, tarifs mars 2019).
Il est précisé que 75% des applications sont traitées en 19 jours et 90% en 27 jours pourtant on avait à peine fini la demande qu’on avait déjà reçu l’approbation par mail, ouf !!!

 

Depuis le 1er mars 2019, l’Australie refuse les visas aux personnes ayant été condamnés à au moins un an de prison pour violences domestiques contre des femmes ou des enfants. Il n’est pas précisé comment cette information sera vérifiée…

 

3) L’itinéraire

 

Le pays est immense, 14 fois la France !!!

 

On voulait faire une grande partie du pays en restant le long des cotes ce qui représente environ 30000 kms !!! Il a fallu faire un choix parce que même en 5 mois, ça nous semblait vraiment beaucoup et on n’avait pas l’intention de passer tout notre temps sur la route…

 

On a aussi tenu compte du climat et des pluies torrentielles qui tombent sur le Queensland de janvier à mars et on s’est décidé pour commencer par le nord du Queensland en atterrissant à Cairns. Aller jusqu’à Cape Tribulation, prendre un avion jusqu’à Uluru et suivre la côte jusqu’à Broome en roulant dans le sens des aiguilles d’une montre… ce qui donnait environ 12000 kms sur le papier !!!

 

Je passe donc les 3 mois précédents le départ à tracer cet itinéraire en fonction des endroits à visiter, des hébergements insolites ou non à ne pas louper, des meilleurs petits restaurants, en consultant en priorité les forums australiens locaux en anglais sans hésiter à poser des questions quand je ne trouve pas les réponses…
J’ai aussi trouvé beaucoup d’informations sur un blog très très intéressant: YTRAVEL qui est rédigé par un couple  d’australiens qui voyagent avec leurs 2 enfants. La multitude d’articles qu’ils ont rédigé sur l’Australie sont très  détaillés et leurs adresses recommandées souvent excellentes sauf pour les hébergements qui sont un peu trop chers à mon goût !!!

 

Dans la construction de cet itinéraire, j’ai aussi tenu compte des jours fériés et vacances scolaires car ce sont des périodes où il peut être très très difficile de trouver un hébergement et même un emplacement dans un camping le long des côtes. Dès qu’ils ont au moins 3 jours, les australiens n’hésitent pas à partir et les endroits un peu touristiques sont vite saturés !!! Il faut également éviter la « Schoolies Week » , l’équivalent du « Spring Break » américain où les jeunes diplômés se lâchent à la fin de leurs études secondaires. Sont surtout concernées les villes balnéaires des côtes et spécialement les environs de Surfers Paradise dans le Queensland. Ca se passe fin novembre, début décembre et c’est une période redoutée par les Australiens parce que c’est un grand moment de débauche et de n’importe quoi… 

 

Très vite, je réalise que nous allons voir beaucoup beaucoup de choses très différentes et je redoute un peu qu’on sature intellectuellement au point de se désintéresser et de zapper certains endroits pour cause de fatigue. je sais par  expérience, qu’on ne peut pas voir ou faire tous les jours des choses extraordinaires sans laisser de temps en temps à notre hippocampe (le « chef d’orchestre de notre cerveau« ) le loisir de se reposer !!! Il va donc falloir se ménager des moments de repos obligatoires …

 

4) le billet d’avion

 

Il n’y a aucun vol direct depuis l’Europe jusqu’à Cairns. Il faudra forcément faire au moins une escale en Asie: Tokyo, Osaka, Singapour, Shanghai, Guangzhou, Shenzen, Hong-Kong, Denpasar…

 

 

On a choisi de faire Paris-Hong Kong avec Air France puis Hong Kong-Cairns avec Cathay Pacific à l’aller, Perth-Singapour avec Qantas et Singapour-Paris avec Air France au retour. Le choix de Singapour a été motivé par le fait que j’avais très envie de visiter le fantastique jardin d’Avatar: Gardens by the Bay et que j’y retrouvais des collègues et amis qui y étaient en escale.
Une autre option très tentante était de rentrer par le Japon et d’aller y admirer une fois de plus (mais je ne m’en lasse pas..) les cerisiers en fleurs !!!
On peut aussi profiter de la nouvelle politique chinoise et s’arrêter de 72 à 144 heures en transit sans visa dans 16  villes ce qui peut-être très intéressant au regard du coût très élevé du visa chinois. De plus, ça permet de faire les  courses à moindre prix pour tout le matériel de camping, de randonnée… avant d’arriver en Australie où les prix  correspondent plus à ceux de l’Europe. Tout étant, malheureusement, made in China maintenant, on peut donc quasiment tout acheter beaucoup moins cher sur place !!!

 

5) La Santé

 

Comme pour tout voyage en dehors de l’Union Européenne, il faut tout d’abord télécharger le formulaire CPAM de soins reçus à l’étranger ci-dessous qui vous donnera la possibilité, et non l’obligation, d’être remboursé des frais médicaux que vous aurez réglé sur place. Pensez donc à conserver les prescriptions, les factures acquittées et les justificatifs de paiement.
À votre retour en France, adressez le tout à votre caisse d’assurance maladie.

Feuille de soins reçus à l’étranger

 

Les frais médicaux en Australie coûtent très chers, il vaut mieux donc bien se renseigner avant de partir. Pour un voyage de moins de 3 mois, les garanties d’une carte bancaire peuvent vous suffire mais il y a des conditions à respecter comme payer son billet d’avion jusqu’à destination avec la dite carte. Le mieux est de contacter le service assurances de la carte de crédit pour ne pas avoir de surprises…

 

Dans notre cas, un voyage de plus de 3 mois, nos cartes ne nous couvraient pas aussi longtemps. En lisant les récits de long voyage en Australie, j’ai vite réalisé qu’il est fortement conseillé de prendre une couverture santé.
A l’instar des USA, chaque intervention médicale peut coûter une fortune qu’il faudra avancer. Des histoires comme celle de la jeune femme qui fait un malaise dans la rue et à qui on facture le déplacement inutile d’une ambulance appelée par des passants, l’évacuation en avion depuis l’outback par les flying doctors jusqu’à l’hôpital le plus proche, etc… nous ont convaincu.
Après une étude comparative des différentes assurances santé disponibles, nous nous sommes décidés pour CHAPKA dont, malheureusement, je ne pourrais faire aucun retour positif ou négatif parce que, heureusement, nous n’en avons pas eu besoin…

Comparatif assurances santé

 

6) La voiture

 

C’est de loin le point qui nous a le plus fait poser de questions. Louer ou acheter? Un 4X4, un camping-Car, un van aménagé ou une berline?
Dans tous les cas, pour conduire en Australie, il faut un permis de conduire international et il vaut mieux en faire la demande assez longtemps à l’avance car le délai de délivrance peut être très long plus de 6 semaines, il vaut mieux donc anticiper largement.
Les formalités d’obtention ont changé depuis le 30 mai 2018 et il faut maintenant en faire la demande en ligne (pour infos). 
Ne faites surtout pas l’impasse car il est obligatoire en Australie.

Alors louer ou acheter?

Tous les articles (forum ou blogs) que je lisais étaient unanimes, pour un voyage de plus de 3 mois, il vaut mieux acheter une voiture plutôt que la louer !!!
Donc, on a envisagé de suivre leurs conseils et d’acheter un 4X4 avec une tente sur le toit, le même style que l’on avait loué en Namibie ou un camping-car 4X4 si on arrivait à en trouver un pas trop cher parce qu’ils sont considérés comme des véhicules haut-de-gamme. J’avoue que je redoutais un peu de passer presque 5 mois dans une voiture même très confortable donc on aménage notre itinéraire de façon à passer régulièrement (1 à 2 nuits par semaine) dans un logement fixe ( hôtel ou bungalow…).

Pour avoir une idée du budget requis pour un 4X4:
1) je m’inscris sur le site Facebook « BCA – Backpacker Cars Australia » qui est le groupe australien leader pour la vente et l’achat de véhicules entre touristes. Il y a de nombreuses annonces qui paraissent tous les jours et on peut aussi poster une annonce pour trouver exactement ce que l’on cherche.
2) je consulte régulièrement le site en ligne de petites annonces australien « Gumtree« , un peu l’équivalent de notre « Bon Coin », qui est très utilisé par le australiens.

 

On s’est très vite rendu compte qu’un camping-car 4X4 allait être très dur et très cher à acheter et qu’il valait mieux se reporter sur un 4X4 équipé camping.

Quelques semaines avant le départ, au moment de poster une annonce pour trouver le 4X4 de nos rêves, sur le groupe Facebook « Les Français en Australie« , je vois de plus en plus de commentaires et des récits au sujet d’achats de véhicules en mauvais état qui ont très vite gâché le séjour de leurs acheteurs.

Nous ne sommes ni l’un ni l’autre des grands spécialistes de la mécanique auto et la perspective de tomber sur un véhicule défectueux commence à nous faire réfléchir. Quand on rajoute le problème de Rego, particulièrement pointu pour nous qui envisageons d’acheter un véhicule dans le Queensland et le revendre dans le Western Australia.
La Rego, c’est un peu notre carte grise. Le souci, c’est que chaque état fonctionne indépendamment et différemment
Et puis, il y a l’assurance auto à envisager et le temps à consacrer à la revente avant le retour… Bref, beaucoup de démarches administratives et de prises de têtes en vue que l’on ne veut surtout pas subir…
Ce qui va être décisif dans l’arrêt de notre projet d’achat de voiture, c’est d’apprendre que le camping sauvage est interdit sur une grande partie du pays, qu’il faut s’arrêter sur des aires de camping appropriées qui ne sont ni gratuites, ni très bien placées (surtout sur la côte est).

Je m’intéresse donc à la location en demandant des devis à tous les loueurs locaux (CAMPER VAN HIRE, HIPPIE, APOLLO, MOTOR HOME REPUBLIC, AUSTRALIAN 4WD HIRE, TRAVELLERS AUTOBARN, DRIVE NOW, LUCKY, CAMPERMAN, JUCY, BRITZ, WICKED CAMPERS, MAUI…) pour un 4X4 équipé, un camping-car ou un van…
Les prix sont exorbitants pour un grand camping-car et très élevés pour un 4X4. Certains n’acceptent pas le retour dans une autre location… ça se présente mal…

Sans beaucoup d’espoir, je fais une demande à un loueur international, HERTZ en l’occurrence, avec qui j’ai de bonnes offres spéciales (en tant que membre gold) et ils me proposent un SUV type Quasqai à un très bon tarif avec des frais de retour dans une autre destination peu élevés.
Le calcul est vite fait: la location d’un SUV qui est tout de même assez grand et qui consomme beaucoup moins de carburant plus les hébergements en motel, auberge de jeunesse ou bungalows revient moins cher que celle d’un camping-car ou d’un 4X4.
L’avantage de la location sur l’achat, c’est d’abord la garantie de ne pas avoir de problème mécanique et de pouvoir rendre le véhicule ou en changer quand on veut, la liberté !!!
L’American Express Gold avec laquelle je réserve la voiture me dispense d’assurances supplémentaires, par contre je ne suis couverte que pendant 3 mois donc je réserve la voiture avec une prise à Cairns et un retour à Adelaide 2 mois et 3 semaines après… On verra pour la suite…

 

Evidemment, on peut louer un GPS avec la voiture mais sur 5 mois, c’est un budget que l’on peut éviter en apportant le sien sur lequel on aura pris soin de télécharger l’Australie comme nous l’avons fait.
Nous avions également télécharger la carte complète du pays sur l’application MAPS.ME et on s’est rendu compte très vite à l’usage que cette appli remplaçait très avantageusement notre GPS !!! Les connexions internet n’étant, étonnamment pas très performantes en Australie, il vaut donc mieux télécharger la carte avant de partir.
On peut acheter le support avec ventouse à placer sur le pare-brise à moindre prix dans n’importe quel magasin d’accessoires auto.

 

7) Les bagages

 

On part avec un sac de voyage chacun plus un sac de matériel de kitesurf (planche en 2 parties et 2 voiles: 10 et 12 m2), pour mon conjoint.

On emporte également une caméra GoPro6 avec sa perche, un drone Mavic pro avec 2 batteries, un appareil photo reflex avec 2 objectifs: 70-210 et 35-70, 2 smartphones, 2 PC portables (pour stocker les photos et communiquer via Skype avec nos familles), 2 tablettes android (chargées avec nos derniers livres numériques dont quelques guides)et notre GPS Garmin chargé avec le plan complet de l’Australie… Bref, on est plutôt bien équipés…

Le courant en Australie étant du 220V comme en France, tous les matériels électriques peuvent fonctionner à condition d’avoir un adaptateur car les prises, elles sont différentes. Elles sont de type I avec 3 lames comme en Nouvelle-Zélande ou aux Iles Cook. Il faudra bien vérifier que le petit interrupteur sur la prise soit sur « on » sinon vous pourrez attendre longtemps que votre appareil se recharge, comme moi au début…

 

 

Le nombre de prises est souvent limité donc on emporte une multi-prises qui nous permettra de pouvoir recharger plusieurs de nos appareils en même temps avec un seul adaptateur.
Il peut être judicieux d’acheter cet adaptateur avant de partir si on ne veut pas avoir à courir les magasins de bricolage dès l’arrivée mais attention les adaptateurs universels n’ont pas toujours cette prise. Une boutique d’électronique en vend dans l’aéroport de Hong Kong si vous y faites escale…

 

Ne vous encombrez pas avec des produits de toilette: dentifrice, crème solaire, shampoing, anti-moustique,… car vous trouverez tout sur place moins cher qu’en France et ce sera des produits plus adaptés au pays !!!Idem pour tout ce qui concerne la pharmacie de base que vous pourrez acheter dans n’importe quelle grande surface (Woolworth’s ou Cole’s) sur place… tout le matériel sportif de base: palmes, masque et tuba, tapis de yoga,… et le matériel de camping…

 

On peut donc partir assez léger, ce qui peut être intéressant  si vous voulez faire quelques tronçons domestiques en avion pendant votre voyage, les compagnies australiennes peuvent être très strictes sur le poids des bagages et facturer lourdement les excédents (jusqu’à 35AUD= 22€ le kilo !!!), ça calme…

Partagez...

Une réflexion au sujet de « Préparation du voyage »

  1. Bon début ma belle. Tu es très précise et détaillée , j’adore. J’ai hâte de lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.