Prague

4 jours à Prague – A Voir et à Faire: Partie 2

 

Dans cette 2ème partie, on va se promener et visiter les quartiers de la rive gauche de la rivière Vltava, celui de HRADCANY et celui de MALA STRANA, mon préféré et celui où je choisirai de loger sans hésiter si j’y retourne.

 

C’est par le Monastère de Strahov sur les hauteurs de la ville qu’on va commencer cette balade pour descendre vers le Pont Charles et la vieille ville en passant par des endroits plus ou moins touristiques, plus ou moins insolites mais tous très intéressants.
Pour l’expérience et parce qu’on préfère s’économiser en évitant la grimpette plutôt raide jusqu’au Monastère, on prend le tramway n°22 dont on suit le trajet sur Google Maps pour être certains d’être sur le bon chemin. On passe devant le stop pour le Château, 2 stops avant le Monastère jusqu’à notre arrêt (station de Pohorelec)…

 

 

 

 

Le Monastère de Strahov 

 

 

Le monastère de Strahov, fondé en 1140, est l’un des plus anciens monastères de la République tchèque. Il se visite pour plusieurs raisons : son extraordinaire bibliothèque baroque, son musée de peinture du moyen-age et sa vue panoramique sur Prague…

La bibliothèque exceptionnelle, vieille de plus de huit cents ans est aussi belle et aussi réputée que celle du Clementinum. Elle est divisée en deux superbes salles qui se visitent elles aussi depuis le pas de porte: la salle philosophique et la salle théologique. Un petit cabinet de curiosités se trouve dans le couloir qui relie les deux salles de la bibliothèque.On peut y voir quelques bestioles naturalisées, des coquillages, des fossiles, des insectes sous vitrine … poussiéreux et peu intéressants !!!

 

La salle philosophique ((1794) sur 2 étages, a un plafond orné d’une belle fresque qui retrace « l’évolution spirituelle de l’être humain ». La salle de théologie, la plus ancienne (1670’s) et la plus belle, est celle qui ressemble le plus à celle du Clementinum. Elle est également, ornée de fresques au plafond et abrite des globes terrestres et célestes réalisés au 17ème siècle!!! On peut en faire une visite en 3D sur le site officiel.

 
Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00 avec une coupure de 12h00 à 13h00 pour le déjeuner. Entrée 120 CZK (5€) pour le billet seul, 200 CZK (8€) combiné avec le musée de peintures. Il n’y a pas de billetterie au niveau de musée à 200m, il faut acheter ses billets au rez de chaussée du hall d’entrée de la bibliothèque. Un permis photo (sans flash) à 50 CZK (2€) est requis pour pouvoir immortaliser la visite. Un sticker vous sera remis en échange. N’essayez même pas de vous en passer, les gardiens veillent au grain, façon Gestapo et ils ne seront pas tendre si vous ne pouvez pas leur montrer le sticker alors que vous avez votre smartphone en main… Le touriste chinois qui s’est fait chopé devant nous doit encore en frémir en y repensant…

 

 

On n’a pas visité le musée de peintures médiévales parce qu’on n’a jamais réussi à faire comprendre à la caissière qu’on voulait des billets combinés mais on n’a pas regretté en lisant les commentaires peu engageants après…

 

Pas super facile de se repérer dans le monastère car rien n’est indiqué, aucun plan papier disponible et les panneaux d’information électroniques interactifs étaient tous en panne !!! Je vous conseille donc de garder ce super plan du site officiel où on peut visualiser l’arrêt du tram 22 et tous les endroits stratégiques du monastère:

 

– 1) La Basilique Notre-Dame de l’Assomption 

Comme toutes les églises à Prague, si elles ne sont pas ouvertes à la visite payante et encadrée par un service de sécurité, elles ne sont accessibles que pendant les horaires de messe. On ne peut donc entrer dans celle-ci que pendant les offices: 18h00 tous les jours et 10h00 le dimanche.   

 

 

– 3) La Bibliothèque et la billetterie au RDC

 

– 5) Le Jardin du Monastère et le début du chemin pour aller au panorama de la Tour de Petrin 

 

– 9) La Terrasse panoramique.

Ne pas louper la vue magnifique sur la ville avec le vignoble de Saint-Venceslas (qui date du 10ème siècle) au 1er plan. 

 

 

 

– 15) La Brasserie du Monastère 

 

– 18) Le Questenberg Hotel 

 

– 21) Le Musée des Miniatures 

En fait, on devrait dire le musée des micro-miniatures, des œuvres si minuscules ( gravures sur cheveux, sur riz et graines de pavot, caravane de chameaux dans un chas d’aiguille…) qu’elles sont présentées chacune sous un microscope pour pouvoir l’admirer en détail ! 29 œuvres en tout…
Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00. 130 CZK (5€)/adulte, 70 CZK (3€)/enfant.

– 22) Le Restaurant Bellavista 

 

A noter: Il est interdit de pénétrer en Segway (gyropode) dans l’enceinte du monastère!

 

 

Plutôt que d’aller vers la Tour de Pétrin, la « Tour Eiffel » de Prague, on se dirige vers notre prochaine destination en direction du château: l’Eglise Notre Dame de Lorette en passant par le petit passage qui longe le musée des miniatures.

 

 

Le Sanctuaire Notre-Dame de Lorette (Loreta)

 

 

Ce sanctuaire, un des plus importants lieux de pèlerinage de République tchèque, se compose d’un cloître, d’une réplique de la maison où aurait eu lieu l’Annonciation (la Santa Casa), d’une église (l’Eglise de la Nativité) et d’une salle au trésor.
C’est une construction baroque d’inspiration italienne qui remonte à 1626.
Le cloître et plusieurs chapelles entourent la Santa Casa (Maison de la Vierge Marie) qui est une copie de la modeste maison de la Vierge de Nazareth, rapportée de Terre Sainte au XIIIème siècle dans la ville de Loreto en Italie. Le contraste entre l’extérieur richement décoré et l’intérieur de la « maison » en brique et ses fresques à moitié effacées est étonnant!

 

Ces chapelles sont dédiées à différents saints dont une, à Sainte Wilgeforte (Svata Starosta), une femme à barbe qui, selon la légende, aurait été crucifiée par son père après qu’elle avait prié pour qu’une barbe lui pousse afin d’éviter d’épouser le païen qu’on lui avait désigné comme époux. Elle m’a inévitablement fait pensé à Conchita Wurst qui a gagné le concours de l’Eurovision en 2014 !!! Sans malice aucune de ma part…

 

L’Église baroque de la Nativité, situé sur le côté opposé de la porte principale du sanctuaire est somptueusement décorée.
Ce n’est qu’en 2011 que des fresques du XVIIe siècle ont été découvertes dans la crypte à laquelle on accède par une trappe en marbre à l’entrée de l’église. On ne peut pas la visiter mais on peut admirer une reproduction de cette crypte au 1er étage du cloître…

 

Le sanctuaire possède un vrai trésor protégé dans une vraie salle au Trésor avec une porte de coffre-fort blindée !!!
Il s’agit d’un ostensoir de diamants appelé le « Soleil de Prague ». Tout en argent doré, d’un poids total de 12 kg, il est ornementé de 6222 diamants provenant de la robe de mariée de la comtesse de Kolowrat qui les a légués au sanctuaire. Il y en avait 6500 en fait mais les 278 d’écarts ont servi à payer le travail des orfèvres !!!
On peut y voir également d’autres pièces tels que des ostensoirs, des calices, de petits autels, des miniatures et autres objets votifs des 17 ème et 18 ème siècles. Le plus ancien étant un calice gothique de l’année 1510 !!!

 

Notre Dame de Lorette est aussi connue pour son carillon unique créé à la fin du XVIIe siècle. Les 27 cloches du carillon sont disposées en trois étages dans le clocher, et la plus grande d’entre elle pèse 270 kilogrammes. Trois carillonneurs se succèdent pour actionner les battants des cloches à l’aide d’un clavier manuel et, tous les dimanches, qu’il pleuve ou qu’il vente, ils jouent des petits concerts à 15h00 pendant au moins 15 minutes…
On peut les écouter à l’extérieur en face du sanctuaire sur la place, mais l’expérience musicale de l’intérieur est beaucoup plus intense.
J’aime beaucoup la légende si belle et si triste, de la veuve du carillon qui raconte:
« Il était une fois une veuve qui vivait dans la rue Novy Svet avec ses enfants dont le nombre était identique au nombre de cloches de Lorette (27?). Elle conservait pour eux les pièces d’argent que leurs parrains leur avaient offertes et qu’ils devaient obtenir à l’âge adulte. La famille fut cependant atteinte par la peste et les enfants commencèrent à mourir les uns après les autres. La mère prenait toujours une pièce pour payer les funérailles et il lui restait toujours suffisamment pour faire sonner le glas à l’une des cloches de Lorette. Et lorsqu’elle accompagna son dernier enfant, elle tomba également malade. Alors qu’elle se plaignait que personne ne pourrait plus l’accompagner dans son dernier voyage, toutes les cloches du carillon émirent une belle mélodie. Elle les écouta et y reconnut les voix de ses enfants et c’est ainsi que, le calme et la paix revenus, elle put s’endormir à jamais ». (Portail touristique officiel de Prague)

 

Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00 (du 1er avril au 31 octobre) et de 9h30 à 16h00 (du 1er novembre au 31 mars), y compris les samedis, dimanches et la plupart des jours fériés. La visite dure généralement environ une heure.
Entrée: 140 CZK (5,50€)/adulte, 90 CZK (3,50€)/enfant de 6 à 15 ans.

 

 

A noter: il y a un charmant hotel juste à coté du sanctuaire, l’HOTEL LORETA , un bâtiment classé, dont l’histoire remonte à 1384 qui est considéré comme l’un des plus romantiques du vieux Prague et dont les chambres sont proposées à un rapport qualité/prix imbattable !!! Et si vous avez un petit creux et que vous vous trouvez
dans le coin entre 10h00 et 22h00, vous pouvez profiter d’une table dans une des plus anciennes brasseries de Prague, l’HOSTINEC U CERNEKO VOLA (Auberge du Boeuf noir). Vous n’aurez pas beaucoup de mal à la trouver sur la place car vous serez forcément interpellés par la beauté de sa façade. 

 

 

Novy Svet 

 

 

C’est par une ruelle pavée à gauche du sanctuaire qu’on rejoint Novy Svet. Le nouveau monde (en français) est un quartier très pittoresque avec ses rues étroites et pavées, ses vieux réverbères et ses petites maisons colorées… Assez peu touristique, on n’y croise pas grand monde, ce qui est très appréciable avant de subir la horde de touristes dans le château juste après !!! Quand on y est allé, il n’y avait que 2 personnes, un autre couple de français qui se régalait à photographier toutes ces couleurs, aucun touriste…
Si au 14ème siècle, c’étaient les domestiques et les ouvriers du château qui y résidaient, c’est vite devenu un quartier bobo habité par des artistes…

On peut loger dans ce quartier à l’Hotel U RAKA, un logement au charme fou, atypique et exceptionnel à réserver les yeux fermés si ça rentre dans votre budget, au  THE SPIRIT OF OLD PRAGUE plus spartiate mais très économique ou encore la PENSION U ZLATEHO GRYFA installée dans la maison la plus célèbre du quartier et pourtant très abordable.

 

 

 

Le château de Prague 

 

 

C’est donc par l’entrée « Pohorelec », la principale à l’ouest, sur la place principale (Hradcanské námestí) et la Porte des Géants précédant la cour d’honneur qu’on entre dans le château. A noter que quand on vient directement de la Vieille Ville avec le tramway n°22, c’est par l’entrée « Prazky Hrad » au nord qu’on pénètre dans le château !!!
(aller au château)

 

 

Plan-du-Chateau.pdf

 

Le château de Prague, Prazky Hrad, est un des monuments incontournables à visiter. Il est immense ((listé dans le Livre Guinness des records comme le plus grand ancien château du monde!) et domine complètement la Vieille Ville et Malá Strana.
Cet édifice constitue une véritable ville fortifiée dont la silhouette fait partie des plus magnifiques panoramas qui soient. Il s’étend aujourd’hui sur 570 mètres de long et 130 de large !!! Les cloîtres, palais et jardins s’enchainent dans un labyrinthe dont le point d’orgue est l’imposante Cathédrale Saint Guy. Je conseille donc de garder le plan ci-dessus sur son portable ou acheter le plan papier disponible à la billetterie…

L’accès au château est GRATUIT, mais il faut débourser quelques Couronnes pour rentrer dans certains bâtiments. Il y a plusieurs types de billets en fonction de ce qu’on veut voir: 3 billets combinés à 250 CZK (10€) ou 350 CZK (14€) et des billets simples de 70 CZK (3€) à 250 CZK (10€).
On a pris des tickets Tour B, ce qu’on nous avait conseillé et tout ce qu’on a vu nous a émerveillés sauf peut-être la Basilique Saint-Georges qui nous a semblé bien simple après la somptueuse Cathédrale Saint Guy !!!

 

Tarifs-chateau-de-Prague.pdf

 

Si vous visitez le château pendant la saison très touristique de juin à août, il vous faudra surement faire longtemps la queue pour pouvoir acheter votre billet puis entrer dans le château. Si vous ne voulez pas perdre trop de temps, vous pouvez acheter votre billet en ligne (circuit B) avec juste une majoration de 2€ (16 au lieu de 14) sur un de ces sites: TIQETS, MUSEMENT ou GET YOUR GUIDE.
Hors saison et en semaine comme quand on y était, pas de stress, on n’a quasiment pas attendu pour les prendre dans le château! (Paiement en CB possible).

Ne soyez pas étonnés de subir une fouille de sûreté avec portique, digne des aéroports, à l’entrée… Période de terrorisme oblige malheureusement !!!
A l’entrée du Château, vous pourrez assister à la relève de la garde qui se fait en fanfare toutes les heures entre 5h00 et 23h00.
Le château est ouvert de 6h00 à 22h00 et tout comme pour le pont Charles, il est recommandé d’y aller tôt le matin ou tard le soir (après 18h00) quand les touristes ne sont pas encore arrivés ou encore repartis. Les bâtiments à visiter sont ouverts, eux, de 9h00 à 17h00 donc avant et après, il n’y a plus personne et on a le Château et la Ruelle d’Or, qui est en extérieur, pour soi, le luxe !!! Le billet d’entrée est valable 2 jours, on peut donc y revenir pour en avoir une vision différente.

Si vous hésitez sur le type de billet à prendre et les visites que vous voulez faire, la visite virtuelle du château et de tous ses bâtiments pourra peut-être vous aider… Voici les visites principales:

 

La Cathédrale Saint Guy 

 

Une incroyable et magnifique cathédrale de style gothique qui est la plus grande et la plus importante église du pays. Elle est tellement grande que c’est elle que l’on voit de loin et que l’on confond souvent avec le château qui l’entoure…
Sa construction a duré près de six siècles de 1344 à 1929.

Le portail de la cathédrale, appelé aussi Porte d’or, est composé de trois arches gothiques et surmonté d’une superbe mosaïque. A côté, la Tour sud culmine à 96 mètres et offre un magnifique panorama sur la ville.
L’intérieur de la cathédrale abrite de nombreux trésors notamment des vitraux somptueux, réalisés par les plus grands artistes de l’époque, dont Alfons Mucha, une des plus grandes figures de l’Art nouveau, qui dessina les vitraux de la partie nord. La crypte des rois de Bohême abrite les sarcophages de plusieurs souverains et la chapelle funéraire Saint-Venceslas, décorée de pierres semi-précieuses et de fresques, accueille le tombeau du saint du même nom. On peut aussi admirer le tombeau en argent massif sous un baldaquin de saint Jean Népomucène, celui qui a été jeté à l’eau depuis le Pont Charles…
Une visite virtuelle de la Cathédrale est disponible sur le site officiel.

 

 

Le Trésor Saint-Guy 

 

A visiter autant pour les magnifiques 140 objets religieux présentés que pour la splendeur de la pièce où ils sont exposés…
Ce trésor a été caché dans les coffres-forts de la cathédrale Saint-Guy et n’a été exposé au public exposé dans la Chapelle Sainte-Croix qu’en fin 2011 !!!

Trésor-Saint-Guy.pdf

 

L’Ancien palais royal

 

L’espace le plus impressionnant de ce palais est la salle Vladislas, une immense salle de cérémonie aux dimensions exceptionnelles pour l’époque (13 m de hauteur, 62 m de long et 15 de large !) mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, on circulait à cheval à l’intérieur du palais !!! Sa voûte et ses rosaces sont extraordinaires.
Elle dessert une terrasse extérieure qui offre une vue magnifique sur les jardins et le quartier de Malá Strana, la Chapelle de Tous les Saints avec la tombe de Saint-Procope, l’aile Louis, les salles de réunion des officiers et la chambre du Conseil, la salle de la Diète qui accueillait les réunions de la Diète autour de l’empereur…

Par le petit escalier sur la gauche (pas très bien indiqué), on accède à la Salle des Registres où étaient consignées les délibérations de la Diète et à la petite pièce de la Chancellerie d’où a eu lieu la seconde défenestration de Prague en 1618 qui est considérée comme l’événement déclencheur d’une vaste guerre de religion qui allait déchirer l’Europe entière, connue sous le nom de Guerre de trente ans. Les murs et la voûte du hall d’entrée sont magnifiquement décorés de nombreux blasons peints sur les murs et les plafonds.

C’est dans ce palais que j’ai découvert ce système ancien de chauffage typique, des énormes poêles en faïence de couleur qui sont aussi efficaces qu’ils sont beaux. Il semble qu’ils soient une variante du Kachelofe alsacien qui aurait été inventé au milieu du 16 ème siècle. On peut en voir 3 modèles différents dans le palais…

 

 

 

Golden Lane ( La ruelle d’Or) 

 

La célèbre « ruelle d’or » appelée aussi « ruelle des alchimistes » ou encore « ruelle des orfèvres » est une petite ruelle très étroite, pavée et bordée par une rangée de petites maisonnettes multicolores qui ressemblent à des maisons de poupées!
Ces petites habitations modestes appartenaient pour la plupart à des commerçants ou artisans. On peut visiter ces échoppes et ainsi découvrir le mode de vie de ces occupants puisqu’elles ont été rénovées afin d’accueillir une exposition qui retrace la vie de la ruelle durant les cinq derniers siècles. On y trouve entre autres un atelier de couturière, une ancienne taverne, un véritable atelier d’orfèvre avec sa cage à oiseau, la maison du soldat qui patrouillait sur les vécu au n°22 durant les années 1916 et 1917 !!!
Ne manquez pas la très intéressante exposition d’armurerie et la salle de tortures au 1er étage.
On entre dans la ruelle via un portique où il y a un contrôle de billet mais l’entrée est libre avant et après les heures d’ouverture de 9h00 à 17h00… si vous voulez faire des photos sans la foule…

 

 

La Tour Dalibor

 

Ne manquez pas non plus, la visite de la Tour Dalibor à l’extrémité est de la ruelle. L’entrée est comprise dans les billets combinés mais elle n’est pas très bien indiquée et on peut passer à côté sans la voir… Une des fortifications du château construites en 1496, elle a servi de prison jusqu’en 1781 et doit son nom au premier captif à y séjourner, Dalibor de Kozojedy.
La légende raconte que ce chevalier, proche du peuple, avait demandé au geôlier qui l’appréciait beaucoup, de lui procurer un violon dont il a appris à jouer très rapidement. Ses chants étaient si beaux que les gens s’arrêtaient au pied de la tour pour l’écouter jouer. Dalibor faisait alors descendre un panier attaché au bout d’une corde et les gens y mettaient de l’argent et de la nourriture. Chaque prisonnier était obligé de se nourrir par ses propres moyens et ce genre de charité était très courant au Moyen âge. Depuis ce temps-là, il existe un proverbe qui dit que la misère peut faire des miracles, car elle a même appris Dalibor à jouer du violon !!!…

 

La basilique Saint-Georges 

 

Evidemment après la splendeur de la Cathédrale St Guy, on reste un peu sur sa faim dans le Basilique !!! C’est pourtant une des plus anciennes églises de Prague qui a été fondée vers 925 mais la sobriété et l’austérité du style roman et la pâleur de son intérieur en pierre calcaire blanche détonne après la visite de la fantastique cathédrale!!!
Sa façade rose foncée est très jolie mais elle est bien cachée par le marché de Noel qui est installé juste devant pendant la période de l’avent…

 

 

Le marché de Noel du chateau

 

Devant la basilique… Pas le plus grand ni le plus beau par rapport à celui de la place de la Vieille Ville, c’est là qu’on a vu le tarif le plus élevé pour le vin chaud… Inévitablement, très très touristique !!!

 

 

Mea Culpa…Les endroits qu’on n’a pas visités (et pourquoi…):

 

La Tour de la Cathédrale 

 

Cette tour se dresse du côté sud de la Cathédrale . Elle culmine à 96 mètres de hauteur et on accède à son sommet par un escalier en colimaçon de 287 marches plutôt escarpées. On l’appelle également le grand clocher car elle abrite les petites cloches Venceslas, Jean-Baptiste et Joseph mais aussi la plus grande cloche tchèque, la cloche Sigismond qui mesure 2,03 m de hauteur et 2,56 m de diamètre !!! Avec ses 18 tonnes, il faut 4 sonneurs expérimentés pour la mettre en branle !!!
Coulée par Tomáš Jaroš en 1549, elle n’a jamais été retirée de son emplacement actuel et n’est utilisée qu’à des occasions solennelles.

Son entrée de 200 CZK (8€) n’est pas comprise dans les billets combinés et doit être achetée sur place. Si on ne l’a pas visitée, c’est tout simplement qu’on ne connaissait pas son existence et qu’elle n’est pas du tout signalée !!! Force est de constater que la majorité des bâtiments qu’on a visités à Prague étaient tous très mal signalés et qu’il est donc très facile de passer à côté de certaines parties malheureusement…

 

Le Palais Lobkowicz 

 

Ce palais magnifiquement baroque est le seul bâtiment du complexe du château qui appartient à un particulier et non à l’État. Il est situé à l’extrémité du château, proche de la sortie Na Opysi à l’est qui mène menant au Vieil Escalier…
Il propose une exposition permanente de la collection de la famille Lobkowicz qui a amassé au fil des années, une significative collection d’arts l’Europe centrale, qu’il est possible de contempler et de découvrir lors de la visite du Palais. Elle est constituée de tableaux de maîtres, d’instruments de musique, de manuscrits originaux, de partitions de musique d’époque et d’une collection d’armes de guerre ou de chasse.

On peut aussi en faire la visite virtuelle en 3D.

Ni les billets d’entrée, ni ceux pour le concert de musique classique donné chaque jour à 13h ne sont inclus dans les tickets pour le château de Prague !
Entrée: Prix adulte : 275 CZK (11€)
Prix étudiant, senior ou enfant (7 à 15 ans) : 200 CZK (8€)
Forfait famille (2 adultes + 2 enfants) : 690 CZK (27,6€)

Nous ne l’avons pas visité car il parait qu’en hiver, les salles sont glaciales et que malheureusement, on ne peut pas tout voir et qu’il faut faire un choix… nous avons fait celui de ne pas y aller même si la vue de la terrasse est réputée très belle !!!

 

Le Palais de Rosenberg 

 

Juste à coté du Palais Lobkowicz, l’entrée est incluse dans le billet circuit A à 350 CZK.
Il semblerait que seule la chapelle mérite d’être visitée alors nous n’y sommes pas allés…

 

L’exposition sur l’histoire du Château de Prague

 

Elle retrace l’histoire du site, des premiers peuples préhistoriques à la résidence présidentielle actuelle.
L’exposition est articulée autour de deux parcours complémentaires : le parcours chronologique qui montre l’évolution du site parallèlement à l’histoire très mouvementée de la Bohême et le parcours thématique éclaire de nombreux sujets (le couronnement des rois, les étapes de construction de la cathédrale Saint Guy, les saints patrons de Bohême, les résidences royales…)… Sûrement très instructif mais, encore une fois, il faut bien faire des choix !!!
Entrée: 140 CZK (6€)/adulte, 70 CZK (3€)/ enfant de 6 à 16 ans, étudiant de moins de 26 ans, senior de plus de 65 ans, non comprise dans les billets combinés.

 

Le Jardin royal 

 

L’entrée est libre mais les visiteurs sont soumis à une fouille de sécurité. On n’y est pas allé uniquement parce qu’on était en dehors de la période d’ouverture du jardin qui est d’avril à octobre malheureusement !!!
L’entrée principale du jardin s’ouvre dans la rue U Prašného Mostu, presque en face du Manège Equestre du Château de Prague. L’espace s’étend sur 3,6 hectares, entre le Fossé aux Cerfs et la rue Mariánské hradby, il permet d’accéder au Belvédère de la Reine Anne appelé aussi Palais d’été.
Conçu dans le style renaissance puis ré-aménagé dans le style anglais au début du 19ème siècle (tout ce que j’aime!), j’aurais adoré visiter l’Orangerie et sa serre, la fontaine chantante, le Belvédère (ouvert uniquement lors d’expositions) ainsi que le chemin qui passe derrière et qui offre une magnifique vue sur le château et la Cathédrale (un lieu très prisé des photographes pour les photos de mariage !!!).

 

 

A savoir: un festival de la bière a lieu chaque année dans le jardin royal du château de Prague, plus exactement sur le Chemin des tireurs (Strelecká Cesta) près du Palais d’été royal. Ce festival dure deux jours pendant lesquels plusieurs dizaines de mini-brasseries présentent leurs bières! Il aura lieu les 12 et 13 juin en 2020…

 

Juste après la sortie principale du château, en redescendant vers Mala Strana, on trouve un Starbucks qui offre une des vues les plus incroyables sur la ville. Pour prendre un café avant de continuer les visites, on ne fait pas mieux… Le lieu a été très médiatisé sur Instagram alors attendez vous à faire la queue en saison touristique…
Voici l’adresse au cas où…: Hradcanske Namesti 186/1A

 

 

 

En continuant de descendre, via un majestueux escalier, on trouve 3 hôtels: le Golden Star, le Red Lion, ou le U Krále Karla que je vous recommande si vous cherchez un hébergement à un tarif modéré dans des bâtiments historiques avec un emplacement unique. Il faut tout de même garder en tête qu’il faudra solliciter vos mollets pour rentrer vous coucher le soir à moins de vous faire déposer par le tram 22 un peu au dessus et redescendre…

Viennent ensuite 3 restaurants: le Vegan’s Prague , végétarien, l’U Tri Jelinku, et l’U Krále Brabantského, une taverne médiévale avec dîner-spectacle et une excellente adresse pour goûter au fameux Trdelník, la célèbre pâtisserie Tchèque: U Kajetan…

 

Thunovská Street

 

Même si vous n’allez pas prendre un café à l’U Krále Brabantského, la taverne médiévale, allez  faire un tour dans la rue Thunovska qui est parallèle à la rue Nerudova et continuez la jusqu’à la rue Tomasska , ça ne fera qu’un petit détour pour arriver à l’église Saint Nicolas mais ça vous donnera l’occasion d’emprunter une des plus belles ruelles de Prague qui a conservé son caractère médiéval avec ses 3 ponts en arche qui reliaient les maisons de chaque côté de la rue… De plus, elle est peu pratiquée par les voitures, que du bonheur !!!

 

 

L’Eglise Saint Nicolas 

 

L’église Saint-Nicolas, la plus célèbre de Prague, est l’une des œuvres baroques les plus exceptionnelles, elle est classée Monument historique. Son impressionnante coupole mesure 20 m de diamètre, 50 m de hauteur intérieure jusqu’à la lanterne, ce qui en fait le plus grand intérieur de la ville et 70 mètres à l’extérieur (79 mètres avec la lanterne) !!!
N’hésitez pas à montez au 1er étage par les escaliers pour avoir une vue magnifique sur l’ensemble de l’église, ses splendides fresques au plafond, son impressionnante orgue…
L’entrée est payante: 100 CZK/adulte (4€)

Des concerts y sont donnés tous les jours à partir de 18h00 sauf le mardi en haute saison (fin mars – début novembre) et pendant la période de l’Avent et Noel. Ils durent 60 minutes.

 

 

 

Mur John Lennon (Lennon Wall) 

 

En continuant de descendre vers le pont Charles, il suffit d’un tout petit détour pour arriver devant le mur John Lennon en face de l’ambassade de France. Ouf, enfin un peu de Street art !!! Je comprends que la ville est si belle et ses bâtiments historiques si beaux qu’aucun artiste ne daigne y laisser sa signature (au moins dans le centre ville!) mais ça commençait à me manquer…

 

Donc, là, je suis servie… Un mur de 20 mètres le long du jardin des Chevaliers de l’Ordre de Malte recouverts de graffitis autour de la paix et de la liberté, une belle fresque surprenante et émouvante devant laquelle les touristes font la queue pour une photo souvenir !!!

 

C’est après son assassinat le 8 Décembre 1980 que la première image de John Lennon, qui était devenu un héros pacifiste pour beaucoup de jeunes tchèques, a été peinte sur le mur. D’abord une orientation politique pour les jeunes de Prague, il est devenu un support artistique pour de nombreux artistes et touristes…
Le mur appartient aux Chevaliers de Malte et ils l’ont fait repeindre plusieurs fois, mais il s’est très vite recouvert de nouvelles images de John Lennon, de messages de paix et autres dessins. Alors au cours des dernières années, les Chevaliers ont abandonné et ne s’embêtent plus à reblanchir ce mur.
Pourtant, le 17 novembre 2014, le mur tout entier a été repeint en blanc durant la nuit en ne laissant laissant que l’inscription “Wall is over“ toujours en hommage à John Lennon et à son célèbre « War is over »…
Il a été rapidement recouvert et est devenu en octobre 2019 un véritable mémorial protégé par des caméras où seuls quelques artistes professionnels sont autorisés à s’exprimer. De petits espaces du mur sont toutefois ouverts au grand public qui peut s’exprimer à la craie, au crayon ou au marqueur mais pas à la peinture au spray qui est désormais interdite !!!

 

 

Derrière le mur, ne manquez pas la boutique de déco ARTISEME et son accueillante terrasse ombragée par le plus vieux platane (Sycamore) de Prague !!! Un vrai joyau caché dans un jardin…

Pour rester sur le thème du célèbre Beatles, on peut aller boire une bière ou un café au JOHN LENNON PUB ou retrouver l’ambiance française des années folles au CAFE DE PARIS qui a servi de décor au dernier fil de Xavier Nolan tous 2 dans les parages immédiats du mur…

 

On arrive ensuite au magnifique escalier en X qui mène de Na Kampe sur le pont Charles sous lequel on passe en suivant le cours de la rivière. On passe devant le CAFE MARNICE au bord de la rivière avec son cadre si romantique pour aller dans un magasin de spécialités tchèques: les marionnettes.

 

La boutique SHOP MARIONETY TRUHLAR est réputée pour la qualité de ses produits. Toutes les marionnettes présentées sur le site ou dans la boutique peuvent être achetées à distance et être expédiées.On peut même y faire faire une marionnette personnalisée de 50 cms d’après une photo. Il faut compter environ 3 à 6 semaines de délai en fonction de l’activité des ouvriers pour réaliser cette oeuvre unique qui vous coûtera autour de 1000€ !!!
On peut également y suivre des stages entre 1 et 7 jours pour apprendre la technique…

La boutique juste avant, MARIONETTES UNDER THE BRIDGE, est encore mieux achalandée et les marionnettes sont toutes aussi belles et un peu moins chères, je trouve… On peut également les acheter en ligne sur leur site et se les faire expédier.

 

 

Juste en face, sous le pont, ne ratez pas la fresque d’un couple qui s’embrasse à l’abri des regards… Belle surprise!

 

 

 

La ruelle la plus étroite de Prague 

 

Il faut revenir un peu sur nos pas pour découvrir la plus petite ruelle de la ville avec 50 cm seulement de largeur si bien qu’on ne peut pas s’y croiser. En fait, c’était au départ un coupe-feu entre les bâtiments… L’idée astucieuse et hautement appréciée par les touristes, pour éviter les « embouteillages », a été d’y installer un feu pour piétons: rouge, je patiente et vert, j’y vais…
Ça parait évident pourtant, il se raconte qu’une touriste allemande corpulente serait restée coincée et aurait dû être enduite de savon pour pouvoir être délogée… info ou intox?
La ruelle mène au Restaurant Certovka dont la terrasse avec vue sur la rivière et le pont est absolument splendide mais il semblerait que, tout comme au Cafe Marnice, le personnel soit vraiment très désagréable. Il était fermé quand nous sommes passés, on a donc pu profiter de la terrasse tranquilou…

 

 

Musée Kafka 

 

Notre dernière visite de la journée nous mène au Musée Kafka! Sans surprise, le musée est dédié à l’auteur tchèque Franz Kafka. Il abrite un certain nombre de ses livres en première édition, des lettres originales, des photos, des journaux et des dessins créés par « l’enfant chéri » de la Tchéquie, né à Prague le 3 juillet 1883.

Entrée: 260 CZK (10€)/adulte
              180 CZK (7€)/étudiant, handicapé et senior
              650 CZK (26€)/famille

 

Après toute cette journée de visites, on y arrivés tard et n’étant ni l’un, ni l’autre très féru de l’univers claustro et menaçant de l’auteur (à l’âme torturée…) dont on gardait un souvenir scolaire moyennement agréable, on a passé notre tour et préféré rester sur l’atmosphère quasi enchanteresse de tout ce qu’on avait vu avant en se posant sur un banc de la place…

 

Il faut avouer qu’elle est bien agréable cette place de l’ancienne briqueterie Herget dans laquelle est hébergé le musée… Les bancs invitent à la paresse et à la contemplation au centre de la place, d’une des oeuvres de David Cerny: Piss (les hommes qui pissent). Ce sont 2 hommes nus, articulés, en bronze de 2,10m qui urinent dans un bassin qui reproduit le plan de la Tchéquie. A travers cette représentation, David Cerny, l’irrévérencieux,
a voulu dénoncer le grand nombre d’hommes, souvent ivres, qui urinent sans vergogne dans les rues du pays !!!
Leurs jets écrivent dans l’eau des célèbres citations tchèques et on peut les interrompre pour leur faire écrire notre propre message envoyé par SMS au numéro de portable inscrit à la base de la statue… original, non?
Cliquez sur ce lien pour l’oeuvre en action…

 

 

A noter : tous les hôtels et restaurants cités dans l’article sont décrits en détail dans les articles Hébergements et Restaurants… Merci de votre lecture !!!

Partagez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.